Ciné-club de Tunis

Fédération Tunisienne des Ciné-clubs

Un ticket pour le corps enfermé

Un corps, lorsqu’il est enfermé, se trouve consubstantiellement assigné au lieu dans lequel il est claustré et d’où il est impossible de sortir. Des asiles psychiatriques aux prisons, en passant par les huis clos les plus triviaux, la représentation du corps séquestré au cinéma est avant tout une affaire de topos. De manière plus abstraite, le confinement corporel pourrait très bien s’ensuivre d’un verrouillage d’ordre social, psychologique ou politique, et se confondre par là-même avec un espace cinématographique enclos par toute sorte de murs, de grilles et de frontières. Toutefois, l’enfermement n’est pas seulement une question de topique, c’est aussi et surtout une expérience ; celle d’hommes et de femmes, accablés de contraintes, sevrés de liberté, claquemurés et parfois emprisonnés dans leurs propres corps. Nous, cette expérience, nous la vivrons, mais en spectateurs ; passivement, cloués sur nos sièges, pétrifiés, cloîtrés dans notre impuissance ; et ce, chaque samedi de ce mois d’avril au ciné-club de Tunis.

Le ciné-club de Tunis fait partie de la fédération tunisienne des ciné-clubs ( FTCC ) fondée à Tunis en 1954 par Taher Chriaâ.
Le ciné-club de Tunis est né d’une conviction fondamentale : que le cinéma revêt une importance primordiale au niveau de l’esthétique et en tant que vecteur de la vision du créateur, susceptible d’influer sur le cinéphile avec ce que cela suppose comme particularités, en rupture avec la torpeur et la médiocrité ambiantes , l’amour et la connaissance du cinéma.
la formation d’un public actif et exigeant et l’initiation à la citoyenneté sont les objectifs du ciné-club tels que définis par la fédération internationale des ciné-clubs.